Sommaire

Manger bio

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Manger bio permet de ne pas sur-endommager l'organisme qui subit au quotidien de nombreuses agressions : pollution, stress, etc. Mais cela représente un coût. S’il vous faut sélectionner parmi les produits à privilégier dans le rayon bio, voici les indispensables et les bons conseils pour savoir les trouver et les choisir.

Zoom sur l'intérêt de manger bio

Manger bio a des avantages sur la santé et sur l’environnement.

  • Les produits bio contiennent moins de traces de produits chimiques, de métaux lourds et d'antibiotiques. Ce sont des oxydants pour le corps humain qui l'agressent et l'abîment. Les traces d'antibiotiques contenus dans certains produits non bio, comme les produits animaux, favorisent l'antibiorésistance qui est un problème de santé publique majeur.
  • Les produits bio sont plus riches en éléments nutritifs de qualité. À titre d'exemple, les vaches issues de l'élevage bio mangent de l'herbe. De fait, leurs graisses sont des sources d'oméga 3, contrairement à celles des vaches non issues de l'élevage bio. Plusieurs études ont également prouvé que les végétaux bio étaient de meilleures sources de polyphénols et d'antioxydants que leurs homologues non bio.
  • Les cultures et élevages bio présentent un intérêt pour l'environnement. Les cultures respectent le sol en évitant l'emploi de produits chimiques ; les élevages préservent les animaux du stress, privilégient des aliments sains pour les nourrir et évitent le recours systématique aux antibiotiques.

Notons que dans ses recommandations 2019, Santé publique France encourage à se tourner vers des fruits et légumes de saison, des aliments de producteurs locaux et, si possible, des aliments bio.

Lire l'article Ooreka

1. Trouvez où vous approvisionner en bio

Pour trouver des produits bio, vous pouvez utiliser plusieurs canaux de distribution, du plus local au plus industriel.

  • Directement chez l'exploitant bio : certains ouvrent même de petites boutiques directement sur leur exploitation.
  • Les marchés avec des stands de producteurs bio : la vente est directe du producteur au consommateur mais il n'existe pas de marchands bio sur tous les marchés. Dans les grandes villes, ils sont plus rares que sur les marchés de campagne et le prix des produits peut alors être multiplié par deux.
  • Les AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) naissent en général de la rencontre d'un groupe de consommateurs et d'un producteur qui respecte les principes d'une agriculture biologique. Ils établissent entre eux un contrat, pour les deux grandes saisons de production à venir, sur l’engagement sur la diversité et la quantité des denrées produites par le producteur et achetées par le consommateur. Ce peut être des fruits, des légumes, de la viande, du fromage, etc.
  • Les magasins bio proposent des produits bio non transformés et des produits bio transformés. On y trouve de tout et dans un seul endroit. Les prix sont parfois très élevés mais pas toujours et pas pour tout. Il n'y a pas de règle, armez-vous donc de patience et comparez régulièrement les prix d'un magasin à l'autre.
  • Les rayons bio des supermarchés y compris dans les magasins hard discount : le rayon bio est moins achalandé que tous les rayons réunis d'un magasin bio mais l'offre est de plus en plus variée et très intéressante niveau prix.

2. Identifiez les produits bio

Des labels, apposés sur les packaging, attestent de la qualité bio des produits mais ils ne signifient pas tous la même chose. Voici comment les décrypter.

  • Le label européen AB, le plus connu, est aussi un label de base. Il répond au cahier des charges européen de l'agriculture biologique : interdiction des pesticides et des engrais chimiques de synthèse ; les produits transformés portant le label AB doivent être à 95 % d'origine biologique. Il permet néanmoins une tolérance concernant la contamination par les OGM. Jugé trop laxiste par certains, de nouveaux labels ont été créés.
  • Nature & Progrèsest le label national le plus ancien. C'est une marque privée attribuée à des produits 100 % bio. La certification AB n'est pas nécessaire au préalable pour l'attribution de ce label qui repose uniquement sur un système participatif de garantie animé par des producteurs et des consommateurs. OGM, huile de palme et mixité sont formellement interdits par le label. Les herbivores et les porcs Nature et Progrès doivent être nourris avec des aliments produits, au moins à 50 %, sur la ferme.
  • Bio Cohérence, label national, a vu le jour en réaction à la baisse du niveau d'exigence du label AB. Il ne labellise que les produits au préalable labellisés AB avec des exigences supplémentaires, notamment en ce qui concerne les OGM.
  • Demeter est le label le plus régional. Il ne tolère aucune mixité ou trace d'OGM. Les produits composés doivent comporter au moins 90 % d'ingrédients certifiés par ce label. Les animaux doivent être nourris au 2/3 avec des produits labellisés Demeter. 80 % des aliments doivent être produits sur la ferme. Les produits Demeter sont issus d'exploitations certifiés AB qui utilisent les principes de l'agriculture biodynamique.
  • Bio partenaire : les produits labellisés sont issus du commerce équitable et sont certifiés bio.

3. Privilégiez prioritairement les matières grasses bio

Parce qu’elles piègent le plus les polluants, le premier bon geste est de passer aux matières grasses bio. Leur prix reste accessible.

  • Les huiles végétales bio (huiles de coco, de tournesol, d'arachide, d'olive, de colza, de lin, de noix, de noisette, de canola) et la margarine (beurre végétal) : les procédés de transformation des végétaux bio qui vont donner ces produits sont mécaniques et non chimiques. En effet, l'extraction peut avoir lieu à l’aide d’un solvant nocif pour la santé et le raffinage industriel détruit les propriétés des huiles.
  • Le beurre bio, issu d'animaux nourris dans les pâturages, est source d'oméga 3. C'est un produit bio qui reste très accessible car il ne vous coûtera que quelques centimes de plus par tablette par rapport au beurre non bio.

 

4. Préférez les produits laitiers bio

Le lait, les produits laitiers et les fromages non bio renferment aussi de nombreuses traces de pesticides issus de l’alimentation des animaux producteurs de lait, d'antibiotiques issus de leur traitement en élevage intensif en plus des facteurs de croissance naturellement présents dans le lait.

  • Les produits laitiers bio sont issus d'animaux élevés dans les pâturages ou avec du fourrage.
  • Les animaux sélectionnés pour la production laitière bio sont des animaux robustes. S'ils tombent malade, ce sont les médecines douces qui sont en priorité utilisées pour les soigner.
  • Le lait bio est plus contrôlé que le lait standard car la règlementation est plus exigeante. L'emploi de nombreux additifs autorisés pour la fabrication de produits laitiers non bio est interdit par la règlementation bio.

5. Faites votre choix parmi les fruits et légumes bio

Si, idéalement, tout fruit et tout légume passant dans votre assiette devrait être bio, la question du budget entre en jeu.

Si vous avez un choix à faire, préférez au rayon bio :

  • les fruits et légumes dont on ne peut enlever la peau, comme les fraises ou les épinards ;
  • ceux que vous mangez crus (car la cuisson permet de détruire une partie des matières polluantes contenues dans les végétaux).

6. Achetez des œufs bio

Les œufs bio sont issus de poules élevées en plein air. Ils portent le code 0.

  • Il y a moins de risque qu’elles portent une bactérie appelée salmonelle que leurs congénères élevées en batterie.
  • Les œufs bio issus de poules nourries avec des graines de lin ont un jaune source d'oméga 3.