Sommaire

Même s'il n'est pas encore prêt d'arriver sur nos tables, le lait de cafard intéresse les scientifiques, qui voient en lui le super aliment du futur, très riche en protéines avec la présence de tous les acides aminés essentiels et trois fois plus calorique que le lait de bufflonne. C'est l'espèce diploptera punctata, petit cafard vivipare, qui est la seule à produire une telle substance. Faisons le point ensemble.

Lait de cafard : définition

Le lait de cafard est produit par l'insecte Diploptera punctata, un petit cafard vivipare, le seul de son espèce à l'être, dont la femelle sécrète un liquide ressemblant à du lait pour nourrir sa progéniture ; d'où le nom « lait de cafard ».

Quelles sont les caractéristiques du lait de cafard ?

Le Diploptera punctata est le seul cafard à être vivipare, c'est-à-dire que la femelle ne pond pas d’œufs comme les autres espèces de cafard mais donne naissance à ses petits qui sont nourris dans le ventre de leur mère avant de naître.

Ce lait est bien plus nourrissant, il permettrait aux petits de cette espèce de cafard de se développer bien plus rapidement que ceux des autres espèces.

La femelle diploptera punctata sécrète du lait qui a la particularité d'être produit dans son intestin. C'est un chercheur de l'Iowa, Nathan Coussens, qui a fait cette découverte le premier au début des années 2000.

Informations nutritionnelles du lait de cafard

Une équipe de chercheurs indiens, américains, canadiens, français et japonais ont étudié la composition nutritionnelle de cette substance révélée en 2016 dans la revue International Union of Crystallography.

Le lait de cafard s'apparente à des cristaux dont la composition intéresse les scientifiques par sa haute valeur nutritive :

  • Une grande richesse en protéines avec la présence de tous les acides aminés essentiels. Une aubaine pour l'homme qui ne sait pas synthétiser huit acides aminés qualifiés d'essentiels devant être fournis par l'alimentation. Ces acides aminés permettent de produire des protéines indispensables pour la construction et l'entretien de nos cellules.
  • Une grande richesse en graisses : soit 3 fois plus que dans le lait de bufflonne qui contient 70 à 80 g de matières grasses par litre.
  • Richesse en glucides (sucres).
  • Une valeur calorique trois fois plus importante que celle du lait de bufflonne (environ 190 kcal / 100 ml).

Ces pros peuvent vous aider