Sommaire

Le pamplemousse est un fruit que l'on rencontre peu sous nos latitudes. Or, l'agrume que nous trouvons sur nos marchés sous le nom de pamplemousse est en fait un pomélo. Juteux, rafraîchissant, il est bourré de bienfaits. Mais attention, il ne doit pas être consommé lorsque l'on est sous traitement médicamenteux, car les risques peuvent être gravissimes. Focus sur les caractéristiques nutritionnelles du pamplemousse/pomélo, ses bienfaits pour l'organisme et les graves dangers qu'il représente lorsqu'il est associé à un traitement.

Pamplemousse (pomélo) : caractéristiques nutritionnelles

La composition nutritionnelle du pomélo est la suivante :

  • plus ou moins riche en minéraux (Potassium, magnésium, phosphore, fer, manganèse, zinc, iode, cuivre, sélénium) ;
  • très riche en vitamine C (de l'ordre de 23 mg/100 g de fruit frais), il contient aussi en moindre quantité des vitamines A, E, B1, B2, B3, B5, B6, B9 ;
  • riche en eau (près de 90 g/100 g de fruit) ;
  • affiche une teneur modérée en sodium (2,65 mg/100 g de pomélo).

À noter que les pomelos et les pamplemousses font partie des fruits non bio contenant le plus de résidus de pesticides puisqu'on en retrouve chez 86,3 % d'entre eux.

En revanche, le pomélo (pamplemousse) est pauvre en calories, en lipides, en glucides (dont sucres) et contient seulement 1,3 g de fibres par portion de 100 g de fruit.

Pamplemousse (pomélo) : bienfaits

Le pomélo communément appelé pamplemousse est un fruit à proposer sans hésiter, seulement si l'on ne prend pas de médicaments. Il apporte de nombreux bienfaits à l'organisme :

  • exceptionnellement riche en nutriments antioxydants indispensables pour lutter activement contre le vieillissement cellulaire ;
  • redonne de l'énergie et aide à prévenir certains cancers (estomac, bouche, œsophage, pharynx, côlon, système respiratoire) ;
  • pourrait diminuer la prolifération des cellules de certains cancers du système digestif et du cancer du sein ;
  • aide à lutter contre l'excès de mauvais cholestérol (LDL) dans le cadre d'une alimentation équilibrée ;
  • augmente le taux de cholestérol protecteur (HDL) ; pourrait faire baisser le taux de glucose sanguin.
  • permet aux personnes obèses de perdre du poids ; aide à lutter contre l'hypertension ;
  • protège contre les maux d'hiver

La vitamine C très concentrée dans le pomélo pourrait faire baisser les risques d'hémorragie cérébrale.

Association pamplemousse et médicament : à éviter !

Le pamplemousse (pomélo) est un fruit dont il convient de se méfier lorsque l'on prend des médicaments. Il est vivement recommandé de ne pas le consommer sous quelle que forme que ce soit dans les deux heures qui précèdent et qui suivent la prise d'un traitement car cela peut entraîner des troubles d'intensité extrêmement variables. Dans certains cas, l'association pamplemousse/médicament peut entraîner la mort. Mieux vaut attendre la fin du traitement pour réintégrer le pamplemousse à l'alimentation.

Blocage de la métabolisation

Le pamplemousse est accusé de bloquer la métabolisation de produits traitants, une réalité mise à jour par des centaines d'études scientifiques. Ce point est confirmé par l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé). L'assimilation de nombreux médicaments est donc bloquée du fait de la présence, dans le pamplemousse, de psoralènes ou furanocoumarines. Il s'agit de composants actifs capables d'impacter négativement le temps nécessaire à l'organisme pour métaboliser un médicament. Il faut savoir que, lors de la phase de métabolisation, la substance médicamenteuse est décomposée par l'enzyme CYP3A4. D'autres enzymes CYP participent aussi à la métabolisation des médicaments. Or, si l'on consomme du pamplemousse dans un laps de temps assez proche de la prise d'un traitement, l'activité enzymatique est inhibée.

Risque de surdosage

Dans d'autres cas, il existe au contraire un risque considérable de surdosage lorsque le pamplemousse est associé à certains médicaments dont il augmente la disponibilité. Ainsi, ce fruit est capable de multiplier de façon considérable la concentration des médicaments dans le sang.

On peut regretter que tous les médecins prescripteurs (et les pharmaciens) ne pensent pas toujours à préciser à leurs patients (ou clients) d'éviter de consommer du pomélo ou du pamplemousse (jus frais, jus industriel et fruit entier) pendant toute la durée d'un traitement.

Ces pros peuvent vous aider