Sommaire

Le surdosage en vitamine D est dû à un apport excessif de vitamine D dans l'organisme. Le point dans notre article sur les conséquences d'un surdosage en vitamine D !

Surdosage : qu'est-ce que la vitamine D ?

La vitamine D est à la fois une vitamine et une prohormone (c'est-à-dire un précurseur d'une hormone stéroïdienne rénale, le calcitriol). Elle a plusieurs fonctions :

  • Elle est vitale pour la santé des os et des dents.
  • Elle joue un rôle essentiel dans le métabolisme du calcium ; elle en régularise le taux au niveau sanguin et urinaire.
  • Aujourd'hui on lui reconnaît d'autres rôles notamment par le biais du calcitriol qui assure un contrôle sur de nombreux gènes, sur la multiplication et différenciation cellulaire ainsi que sur la sécrétion d'insuline, entre autre.
  • Ainsi, elle aurait un impact sur l'immunité, la croissance cellulaire, la prévention de certains cancers et maladies cardiovasculaires.

La vitamine D est synthétisée directement au niveau de la peau sous l'influence des rayons ultraviolets du soleil. Elle est ensuite hydroxylée au niveau du foie et devient le 25-OH-D (25 hydroxycholecalciférol) qui est la forme dosée lors d'une analyse de sang. Puis au niveau du rein elle donne naissance au calcitriol, qui est la forme active.

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses) particulière, par le fait qu'elle peut s'accumuler dans le foie et les graisses où elle est mise en réserve. Et en fonction des besoins de l'organisme elle sera métabolisée et remise en circulation.

Elle porte plusieurs dénominations :

  • vitamine du soleil ;
  • calciférol qui vient du latin et signifie qui porte le calcium ;
  • vitamine antirachitique car le rachitisme (trouble de la croissance) est dû à une carence en vitamine D.

Surdosage : sources de vitamine D

On trouve de la vitamine D dans :

  • les poissons gras tels que le saumon sauvage, la sardine, le maquereau, le hareng, le foie de poisson, le thon, la truite, le lait de vache, le shiitaké (champignon séché) ;
  • les compléments alimentaires et notamment la vitamine D3 liquide.

Il est impossible de se procurer suffisamment de vitamine D par l'alimentation pour combler nos besoins. L'exposition au soleil est primordiale et lorsqu'elle n'est pas possible, la supplémentation est nécessaire.

Surdosage en vitamine D : principe

Erreur de prise

La vitamine D est potentiellement toxique.

Il ne peut y avoir de surdosage suite à une exposition trop importante au soleil car l'excès est alors décomposé en substance inactive.

On peut voir des surdosages suite à des erreurs de prise ou de dosage de vitamine D en supplémentation. On voit apparaître un surdosage lorsque l'on absorbe plus de 10 000 UI par jour pour un adulte et 1 800 UI par jour pour un enfant.

Sur le plan sanguin, la toxicité peut apparaître lorsque la concentration en 25OHD est supérieure à 150 ng/ml.

En cas de surdosage une femme enceinte peut perdre son enfant ou avoir un fœtus malformé.

Signes et conséquences

On retrouve :

  • des maux de tête ;
  • des nausées, des vomissements, une perte d'appétit voire une anorexie ;
  • une soif intense avec déshydratation et augmentation du volume des urines ;
  • des diarrhées ;
  • un amaigrissement ;
  • un arrêt de croissance chez l'enfant ;
  • une hypertension artérielle ;
  • des troubles du rythme cardiaque (fibrillation auriculaire...) ;
  • des troubles neurologiques à type d'agitation ou de dépression ;
  • des douleurs musculaires et osseuses, une perte osseuse (par augmentation de la résorption osseuse) ;
  • dépôts de calcium dans les différents tissus du corps (vaisseaux, cœur, poumons) ;
  • un excès de vitamine D augmente l'absorption intestinale du calcium. Il en résulte une hypercalcémie (augmentation du calcium dans le sang) puis une hypercalciurie (trop de calcium dans les urines) ayant pour conséquences des problèmes rénaux à titre de lithiase (cailloux) voire d'insuffisance rénale.

De par la demi-vie prolongée de la vitamine D circulante qui est de 3 à 4 semaines, les effets d'une intoxication persistent bien au-delà de l'arrêt de la consommation de vitamine D.

Cependant, il existe beaucoup plus de cas de carence que d'excès de vitamine D (une large proportion de Français présenterait un déficit en vitamine D avec 40 à 50 % d'entre eux en dessous de 20 ng/mL et 80 % en dessous de 30 ng/mL quand la norme est de 60 ng/mL).

Ces pros peuvent vous aider