Sommaire

Le rachitisme est une maladie de l'enfant en période de croissance rapide, fréquemment rencontré entre 4 et 18 mois et qui se traduit plus tard par des déformations osseuses. C'est avant tout un manque d'ensoleillement qui entraîne un carence en vitamine D qui est responsable du rachitisme.

Une supplémentation systématique des nourrissons et enfants de moins de 3 ans permet de le prévenir. Faisons le point ensemble.

Rachitisme : qu'est-ce que c'est ?

Le rachitisme est un manque pathologique de vitamine D qui entraîne une fragilité osseuse, la vitamine D aidant la fixation du calcium au niveau du squelette.

Cette maladie touche les enfants dont les os sont en pleine croissance avec les formes les plus graves de la maladie chez les moins de 4 ans. Il ne s'agit donc pas d'une carence alimentaire en calcium mais d'un déficit en vitamine D par manque d'exposition au soleil.

Les enfants originaires de pays tropicaux et ayant une peau pigmentée sont plus menacés de faire un rachitisme lorsqu'ils vivent en Europe, car la pigmentation cutanée limite la pénétration des rayons ultraviolets à travers le derme, limitant ainsi la synthèse du cholécalciférol, forma active de la vitamine D.

Symptômes du rachitisme

Par rapport à d'autres carences alimentaires, les enfants atteints de rachitisme ne sont pas amaigris mais au contraire ont l'air bien nourris avec un ventre rond. Il s'agit en fait d'une atonie des muscles abdominaux entraînant ce ventre arrondi.

Le rachitisme se manifeste par :

  • L'apparition de bourrelets au niveau des poignets et des chevilles.
  • Chez le bébé, la fontanelle se ferme tardivement et chez l'enfant plus grand l'os frontal devient protubérant.
  • Un retard de croissance et un retard des acquisitions posturales et de la marche.
  • Les déformations osseuses sont plus visibles à l'âge de la marche dues au manque de rigidité des os.
  • Les membres inférieurs sont incurvés avec des jambes en arc de cercle le plus souvent observé. Les déformations de la colonne vertébrale sont plus rares.
  • Un retard d'éruption dentaire avec une fragilité des dents et des caries précoces.
  • Des fractures spontanées et douleurs osseuses.
  • Des troubles digestifs et une sudation excessive de la tête sont également observés.

Quelles sont les causes du rachitisme ?

Le rachitisme est dû à une carence d'ensoleillement davantage rencontré parmi les populations vivant au dessus du 40ème parallèle comme en Europe du Nord, au Canada et aux États-Unis.

C'est en effet grâce aux rayons UV B du soleil que notre corps fabrique plus de 80 % de nos besoins en vitamine D, également appelée cholécalciférol. Il s'agit d'une hormone qui va se transformer dans notre organisme au niveau du foie puis du rein.

Le rachitisme carentiel simple est moins fréquent de nos jours car, systématiquement, les médecins et pédiatres prévoient une supplémentation en vitamine D dès le plus jeune âge.

Toutefois, un bébé ou un enfant peut souffrir de rachitisme lorsque :

  • La mère qui allaite son bébé est elle-même carencée en vitamine D.
  • L'enfant a une peau foncée et ne s'expose pas suffisamment au soleil.
  • La sédentarité des enfants qui ne sortent plus jouer à l'extérieur, surtout en hiver, et préfèrent rester à l'intérieur des maisons.

D'autres causes plus rares de rachitisme dit secondaires pourraient survenir en cas de troubles du métabolisme phosphocalcique ou d'atteinte des reins.

Rachitisme : quel traitement ?

Dans une grande majorité des cas, le rachitisme est dû à une carence en vitamine D. Pour le stopper, il faut traiter cette carence et l'hypocalcémie (taux de calcium dans le sang trop bas) qui l'accompagne.

Afin de prévenir le rachitisme, le médecin ou pédiatre prescrit dès la naissance une supplémentation en vitamine D :

  • De l'ordre de 400 à 800 U.I/jour si l'enfant est exposé suffisamment au soleil (800 U.I s'il ne l'est pas).
  • De 1200 U.I/jour chez les enfants à peau pigmentée.

En 2011, l'EFSA (European Food Safety Authority) a revu l'apport maximal en vitamine D et en calcium :

  • L'apport maximal tolérable ou AMT est passé de 25 µg par jour à 50 µg (de 1000 à 2000 U.I/jour) pour les enfants de 1 à 10 ans.
  • L'AMT pour les adultes et adolescents est passé de 50 à 100 µg/jour (2000 à 4000 U.I).

Toujours à titre préventif, les laits infantiles 1er et 2ème âge sont enrichis en vitamine D (400 à 500 U.I/litre). Aujourd'hui, la supplémentation en vitamine D est seulement conseillée aux enfants de moins de 3 ans, aux femmes enceintes et qui allaitent, et aux personnes âgées (le pendant du rachitisme de l'enfant est l'ostéomalacie chez l'adulte).

La vitamine D se trouve aussi dans notre alimentation mais pas suffisamment pour combler une carence. On la trouve dans l'huile de foie de morue, dans les poissons gras (sardine, maquereau, saumon, hareng) ainsi que dans les jaunes d’œuf et les fromages.

Attention toutefois au risque de surdosage en vitamine D (hypervitaminose D) due à une erreur dans la supplémentation entraînant de graves complications neurologiques et rénales.