Sommaire

La déshydratation est un manque d'eau et de sels minéraux dans l'organisme avec des conséquences dès 2 % de déficit, plus ou moins graves sur la santé selon son importance, allant de la simple constipation, aux malaises, jusqu'à la mort subite.

La déshydratation intervient lorsque les apports hydriques sont insuffisants (manque de boissons) ou lorsque les pertes sont plus importantes que les apports (sudation excessive, diarrhée, vomissement, etc.). Une exposition prolongée au soleil ou une canicule peuvent entraîner une déshydratation.

Les nourrissons et les personnes âgées sont les personnes les plus exposées mais également les sportifs non avertis et les personnes diabétiques ou prenant un traitement diurétique.

Une simple réhydratation par voie orale suffit si la personne est consciente, ou par perfusion intraveineuse dans le cas contraire.

Le point dans notre article.

Déshydratation : qu'est-ce c'est ?

Toute personne qui a déjà ressenti la sensation de soif a été déshydratée ! Les sensations de manque d'eau se ressentent dès 2 % de déficit d'apport de boissons (eau, tisane, jus de fruits, bouillon de légumes, etc. hormis l'alcool). Comme notre organisme dispose d'un système de régulation au niveau des reins pour filtrer et réabsorber l'eau, il ajuste la quantité d'urine à évacuer et lance des signaux à notre cerveau dès que la zone critique est atteinte : c'est la sensation de soif.

La déshydratation peut être légère jusqu'à 2 % de déficit, plus fâcheuse entre 3 et 6 % et très dangereuse passée les 10 % de déficit car les organes vitaux peuvent être endommagés.

Il est donc très important de reconnaître les premiers signes d'une déshydratation avant qu'elle n'ait des répercussions graves pour la santé.

Le besoin d'eau est plus impérieux que le besoin de nourriture. En cas de privation totale, on meurt de soif beaucoup plus vite que de faim.

Symptômes de la déshydratation

La soif est le premier signe d'un début de déshydratation. Elle indique que les pertes en eau (et les minéraux qui l'accompagnent) sont plus importantes que les apports.

Si la personne n'écoute pas cette première sensation ou n'a pas le temps de s'hydrater, d'autres symptômes vont s'ajouter :

  • sensation de soif de plus en plus intense avec les lèvres qui peuvent s'assécher ;
  • apparition d'un mal de tête, d'une fatigue anormale accompagnée d'un manque de force ;
  • baisse de la tension artérielle entraînant des vertiges ;
  • nausées et vomissements ;
  • perte de poids ;
  • diminution de la production d'urine ;
  • accélération du rythme cardiaque ;
  • apparition de fièvre ;
  • yeux cernés, enfoncés et regard terne ;
  • peau sèche et pâle avec plis cutanés : lorsqu'on pince une peau déshydratée, elle ne revient pas à son état initial et forme des plis.

Si la personne ne se réhydrate pas rapidement, d'autres symptômes vont s'ajouter, nécessitant une hospitalisation d'urgence :

  • Apparition de troubles de la conscience : le cerveau est l'organe le plus sensible à la déshydratation. La concentration de sodium dans le sang augmente, entraînant une confusion et des troubles neurologiques importants.
  • Apparition de troubles du comportement : agitation ou au contraire apathie.

À ce stade qui atteint 10 % de déficit hydrique, la personne risque de mourir si elle n'est pas réhydratée par perfusion intraveineuse rapidement.

Déshydratation : quelles causes ?

La déshydratation peut arriver tout simplement par un manque de boissons (eau surtout), même si les aliments permettent de compléter les besoins.

Les besoins en eau sont différents selon les âges de la vie, l'activité physique et les traitements médicamenteux en cours (diurétiques par exemple). S'ils ne sont pas couverts, c'est la déshydratation.

Parmi les causes les plus fréquentes de déshydratation, on peut citer:

  • la survenue de diarrhées et de vomissements qui accélèrent la perte hydrique : comme dans les cas de gastro-entérite ou de "tourista" des voyageurs ;
  • une exposition prolongée au soleil ou une canicule : c'est le fameux "coup de chaleur" ;
  • une sudation excessive rencontrée chez les sportifs ou chez les personnes exerçant un métier dans une atmosphère chaude (cuisinier, hydrothérapeute, etc.) ;
  • un confinement dans un lieu mal ventilé et chaud : déplacement en voiture ou en train par temps chaud sans aération ;
  • une infection entraînant une forte fièvre ;
  • un traitement médicamenteux qui accélère la perte d'eau comme la prise de diurétiques ;
  • une prise excessive de laxatifs et de boissons diurétiques (café, boissons spécifiques dites drainantes, etc.) ;
  • une trop forte consommation d'alcool.

Conséquences de la déshydratation

Être déshydraté présente des conséquences plus ou moins graves sur la santé selon son degré d'intensité.

Les conséquences d'une déshydratation rejoignent les symptômes cités plus haut (maux de tête, bouche sèche, fatigue anormale, vertiges, etc.) auxquels il faut ajouter pour une déshydratation légère des problèmes de constipation et de cystite chez la femme.

Dans tous les cas, il faudra être vigilant chez les personnes âgées dont la sensation de soif est retardée, voire négligée.

Dès la constatation d'une perte d'appétit, fatigue et somnolence inhabituelles ou encore légère fièvre, il faudra tout de suite envisager une déshydratation et la compenser.

Si l'hydratation est trop tardive, la situation peut très vite s'aggraver et entraîner :

  • des vertiges et malaises ;
  • une désorientation ;
  • des troubles neurologiques importants ;
  • une convulsion et dans les cas extrêmes, une mort subite.

Déshydratation : qui est concerné ?

Tout le monde peut être concerné par une déshydratation modérée, surtout lors de fortes chaleurs, d'efforts physiques intenses inhabituels ou encore lors d'une prise d'alcool importante ponctuelle.

En revanche, certaines personnes sont plus à risque que d'autres. Ce sont :

  • les nourrissons dont l'organisme est composé de 70 à 75 % d'eau ;

Une maladie infantile, la grippe ou une gastro-entérite peuvent très vite entraîner une déshydratation. De plus, les bébés ne savent pas exprimer leur besoin autrement que par des pleurs qui peuvent être mal interprétés.

  • les personnes âgées car, en vieillissant, la sensation de soif diminue et les mécanismes de régulation de la prise d'eau fonctionnent moins bien ;
  • les personnes diabétiques et celles qui suivent un traitement diurétique ;
  • les personnes handicapées au même titre que les personnes isolées, dépendantes ou fragiles ;
  • les femmes enceintes.

Que faire en cas de déshydratation ?

En cas de déshydratation légère à modérée

Lorsque la personne déshydratée est parfaitement consciente et ne présente que des symptômes légers, une simple réhydratation suffit par la prise d'un verre d'eau toutes les 1/2 heures, jusqu'à retrouver des urines claires.

Il existe des solutés tout prêts de réhydratation beaucoup plus efficaces car ils contiennent la bonne dose de minéraux (demander conseil à son pharmacien).

Pour les sportifs tels les marathoniens, une boisson à base d'eau bicarbonatée mélangée à un jus d'orange sera bénéfique.

Enfin, toutes les mesures "de bon sens" en fonction de la situation sont à mettre en place :

  • Découvrir la personne s'il fait très chaud et en cas de forte fièvre, tout en appliquant un linge mouillé frais si nécessaire ou en donnant un bain tiède à son bébé.
  • Bien ventiler les pièces de la maison ou d'une voiture.

En cas de déshydratation intense ou aiguë

Lorsque la personne présente des symptômes inquiétants tels que des troubles du comportement (agitation ou apathie), des troubles de la vigilance, une désorientation, des convulsions, etc., il faut immédiatement appeler les secours en composant le numéro 15 ou le 112.

Prévention de la déshydratation

Pour prévenir la déshydratation, pensez à :

  • S'hydrater régulièrement tout au long de la journée (eau de source à température ambiante).
  • Ne pas attendre d'avoir soif pour boire.
  • Adapter ses apports hydriques en fonction de la température extérieure, d'une activité physique, etc.
  • Compenser les fortes pertes hydriques (diarrhée, vomissement) en buvant des petites gorgées toutes les 20 minutes et en prenant un traitement médicamenteux adapté. En cas de diarrhée, consommer uniquement des féculents sans graisse cuite accompagnés de viande, volaille, poisson ou jambon. Seules les carottes pourront colorées du riz ou des pâtes. Les produits laitiers seront stoppés hormis les fromages à pâte cuite (gruyère, etc.).

Pour une prévention efficace en période estivale, vous pouvez également consulter la carte de vigilance de Météo France. En effet, le plan national canicule (PNC) et le système d’alerte canicule et santé (Sacs) construit par Météo France et Santé publique France permettent d’anticiper les vagues de chaleur et de réduire leurs conséquences en mobilisant tout le pays en cas de chaleur intense (vigilance orange ou rouge).

Ces pros peuvent vous aider