Sommaire

Les baies de genièvre aident la digestion et, grâce à leur huile essentielle, elles favorisent la diurèse et ont des vertus antirhumatismales et antinévralgiques en usage externe.

Découvrons attentivement ces petits cônes aux effets médicinaux connus depuis très longtemps par les Grecs, les Romains et les arabes.

Découverte botanique des baies de genièvre et du genévrier

Le genévrier, Juniperus communis, de la famille des Cupressacées, ou genièvre, genibre, thériaque des paysans, est un arbuste touffu, qui grandit lentement :

  • Son port est étoilé, ou bien en fuseau.
  • Sa hauteur peut atteindre 2 à 3 mètres.
  • Ses tiges sont dressées.
  • Ses feuilles sont persistantes, en forme d'aiguilles rigides, pointues, piquantes et courtes.
  • Ses fleurs en petits chatons, sont de couleur jaune, et fleurissent en avril et mai.
  • Ses fruits, que l'on appelle les baies de genièvre, sont des « cônes fructifères charnus et globuleux » , de couleur verte, puis bleu-noire mate du fait d'un revêtement cireux (ils se recouvrent de cire lorsqu'ils sont à maturité) . Ces cônes sont gros comme un pois, avec un pédoncule court et une cicatrice de la forme d'une étoile avec trois branches au sommet. Ils évoquent une baie, un fruit, qui leur donne le nom impropre de baies de genièvre.

Principes actifs des baies de genévrier

L'huile essentielle contient :

  • des alcools : Bornéol, Terpinéol ;
  • des terpènes : Pinène ;
  • des sesquiterpènes : Cadinène.

Propriétés médicinales des baies de genévrier

Les inflorescences femelles de genévrier commun, ou cônes, entraînent une intense augmentation de l'élimination urinaire, grâce à l'huile essentielle qui accentue la filtration glomérulaire, ce qui peut être utile pour un traitement adjuvant de l'arthrose, c'est-à-dire les affections articulaires dégénératives et chroniques.

Les baies de genévrier sont donc utilisées comme diurétiques (éliminent l'acide urique) pour soigner :

  • les problèmes urinaires (antiseptique urinaire) : cystites ;
  • les œdèmes ;
  • l'arthrite ;
  • la polyarthrite chronique évolutive ;
  • les rhumatismes.

À petites doses, elles :

  • tonifient le système nerveux ;
  • stimulent l'appétit et la digestion ; stimulent les hépatocytes et agissent dans les hépatites chroniques, en particulier celles dues aux médicaments ;
  • soignent dyspepsie et flatulence.

Baies de genévrier : comment les consommer ?

Les baies sont utilisées :

  • entières ;
  • écrasées pour une décoction : versez 10 g de baies dans 75 cL d'eau bouillante, faites bouillir 20 minutes, filtrez, puis buvez 2 à 3 tasses par jour ; pour une infusion, laissez infuser dans une tasse d'eau bouillante pendant 10 minutes, 0,5 à 2 g de baies écrasées, puis filtrez et prenez 1 tasse un quart d'heure avant les repas ;
  • pulvérisées pour fabriquer des gélules ;
  • en huile essentielle contre les névralgies et les rhumatismes : mélangez 3 à 5 % d'huile essentielle avec une huile végétale, puis frictionnez 2 ou 3 fois par jour les zones douloureuses ;
  • en infusé dans le bain pour un effet relaxant dans les myalgies et les tendinites ;
  • en crèmes, pommades, gels ajoutés à d'autres essences pour les rhumatismes ;
  • en teinture.

Baies de genévrier : précautions d'usage

À trop forte dose, les baies de genévrier créent une irritation des reins risquant de s'exprimer par une hématurie ou une protéinurie (présence de sang) .

Elles ne doivent donc pas être employées chez une femme enceinte ou qui allaite son enfant, ou chez une personne souffrant d'une inflammation des voies urinaires ou d'une insuffisance rénale.

Un traitement ne dépassera pas 2 mois, et sera arrêté durant 10 jours tous les 20 jours.

La boisson de genièvre

En Europe, par fermentation et distillation, on retirait des fruits une boisson alcoolisée fabriquée avec de l'absinthe : le genièvre. En Angleterre, on l'appelait geneva, qui est devenu gin.