Sommaire

Les acides gras saturés sont des graisses d'origine animale que l'on retrouve dans le beurre, le lait, les produits laitiers et la viande.

Mais en France notamment, ils sont consommés en excès et induisent des problèmes de santé cardiovasculaires et inflammatoires. Aussi faudrait-il en diminuer notre consommation. Examinons pourquoi en détails.

Acides gras : qu'est-ce que c'est ?

Les lipides, c'est-à-dire les graisses alimentaires, encore appelés « acides gras », appartiennent aux trois groupes indispensables de nutriments de notre alimentation, avec les glucides et les protéines.

Ces groupes de nutriments ont tous les trois des rôles complémentaires pour la résistance, la réparation, la croissance, l'apport d'énergie et la défense de l'organisme. Il est nécessaire qu'ils soient en quantité suffisante dans l'alimentation, tout comme les vitamines, les oligoéléments, les enzymes et les antioxydants.

Au cours de la digestion des graisses, les petites unités composant les matières grasses sont séparées par des enzymes digestives afin de circuler dans la lymphe et le sang.

Puis elles sont recombinées en triglycérides, phospholipides et stérols, dont le cholestérol.

Acides gras saturés et insaturés : quelles différences ?

Les acides gras peuvent être saturés ou insaturés. Cette distinction se fait en fonction de leur capacité à pouvoir accueillir d'autres atomes sur leur chaîne carbonée.

Plus les acides gras ont la capacité de s'unir avec d'autres atomes ou molécules, plus ils sont insaturés et moins ils ont de risques de se déposer ou d'encrasser l'organisme.

On distingue ainsi trois groupes d'acides gras :

  • Les acides gras saturés : ils n'ont pas d'emplacement libre.
  • Les acides gras mono-insaturés : ils présentent un emplacement unique afin d'accueillir d'autres atomes. On en trouve surtout dans l'huile d'olive et l'avocat. Ce type d'acides gras possède des bienfaits protecteurs contre les maladies cardiovasculaires.
  • Les acides gras poly-insaturés (AGPI) ou acides gras essentiels : ils possèdent 2 ou 3 emplacements libres. Ce sont les oméga-3 (présents dans le maquereau, hareng, saumon, huiles de colza, de noix, de germe de blé, etc.) et les oméga-6 (présents dans les huiles d'olive, d'onagre et de bourrache). Ils sont utiles à la mémoire et à la concentration, et agissent aussi contre la dépression, les maladies cardiovasculaires et les inflammations.

Risques d'une consommation excessive d'acides gras saturés

La répartition idéale des acides gras est un tiers de chaque groupe. Mais les repas français sont souvent trop riches en acides gras saturés : leur part atteint plutôt 40 %, autrement dit les 10 % de trop vont aller dans les cellules graisseuses.

Cet excès est stocké dans les tissus, les encrasse, ou bien circule dans les vaisseaux avec le danger de se mêler avec d'autres déchets et du calcium, créant un problème de débit du sang.

À terme, cet excès peut entraîner :

  • des maladies cardiovasculaires ;
  • des inflammations ;
  • des allergies ;
  • des maladies chroniques ;
  • un excès de poids.

Notre consommation de lipides devrait donc être diminuée, notamment celle des acides gras saturés.

Conseils pour réduire sa consommation d'acides gras saturés

Pour rester en bonne santé, il est conseillé :

  • d'abaisser la consommation de viandes, fromages, lait animal, produits laitiers, beurre, etc. (au maximum 3 à 4 fois par semaine) ;
  • d'augmenter au contraire la consommation des « bons corps gras » en mangeant des poissons gras, comme le maquereau et le saumon (2 à 3 fois par semaine), des huiles vierges végétales de tournesol, noix et colza (2 à 3 cuillères à soupe quotidiennement), des fruits et légumes remplis d'antioxydants, des amandes, des noix, des noisettes, etc.

Ces pros peuvent vous aider