Sommaire

La malnutrition est un problème de santé publique qui touche non seulement les pays en voie de développement, mais aussi certaines catégories de la population dans les pays industrialisés.

Elle expose à de nombreux problèmes de santé, particulièrement lorsqu’elle touche les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes en âge de procréer et les personnes atteintes de maladies.

La malnutrition constitue un enjeu de santé publique pour les organisations de santé nationales et internationales. Toutes les infos dans notre article.

Malnutrition : définition

L’OMS (organisation mondiale de la santé) définit la malnutrition comme « le déséquilibre cellulaire entre la source de nutriments et d'énergie et les exigences du corps permettant d’assurer la croissance, l'entretien et les fonctions spécifiques ».

La malnutrition peut recouvrir deux aspects :

  • Une alimentation en quantité insuffisante, notamment en termes de quantités de protéines et d’énergie. 
  • Une alimentation en quantité suffisante, mais carencée en certains nutriments essentiels (minéraux, vitamines). Ces nutriments sont nécessaires en quantité infime mais leur carence expose à de graves conséquences pour la santé, particulièrement chez les enfants.

Parmi les nutriments les plus importants figurent :

  • le fer, contenu dans les viandes rouges, certains poissons, les céréales, les légumes secs et certains légumes verts ; 
  • l’iode, présent dans le sel, les algues, les poissons et les fruits de mer et certains légumes comme les haricots verts ; 
  • la vitamine A, contenue dans le foie, les poissons gras, l’huile de foie de morue, les produits laitiers, certains légumes (carotte, brocoli, épinards) et certains fruits (oranges, mangue).

Ces deux aspects peuvent être présents de manière indépendante ou se cumuler. Les enfants sont les plus touchés par la malnutrition, au cours de la vie fœtale et de l’allaitement si la mère souffre elle-même de malnutrition, puis durant les deux premières années de la vie, lorsque les besoins nutritionnels sont maximaux pour la croissance et le développement.

Deux types de malnutrition peuvent également être distingués en fonction de la durée de la malnutrition : la malnutrition chronique et la malnutrition aigüe. 

Qui est touché par la malnutrition ?

La malnutrition est un enjeu de santé publique reconnu par l’OMS. L’accès à une alimentation suffisante et équilibrée est un droit fondamental reconnu par les plus grandes conventions des droits de l’homme et de l’enfant dans le monde.

La malnutrition est un phénomène en expansion dans le monde entier. Plus de 160 millions d’enfants souffrent de malnutrition dans le monde. Plus de la moitié des décès des enfants de moins de 5 ans dans le monde sont imputés à la malnutrition. La malnutrition est ainsi la première cause de mortalité infantile dans le monde.

Les famines, les guerres et les catastrophes naturelles sont souvent à l’origine des formes les plus sévères de malnutrition dans les pays en voie de développement. Mais des formes légères et modérées se rencontrent également dans les pays en voie de développement, et dans les pays industrialisés dans certaines catégories défavorisées de population. En Europe, plusieurs dizaines de millions de personnes présenteraient des risques de malnutrition en lien avec des difficultés économiques et/ou sociales.

Pour diagnostiquer la malnutrition, les spécialistes disposent d’outils de dépistage, comme le MUST (malnutrition universal screening tool) pour les adultes et le STAMP (screening tool for the assessment of malnutrition in paediatrics) pour les enfants.

Les cinq phases du MUST (malnutrition universal screening tool)
Phases Contenu
1 et 2 Collecter les mesures nutritionnelles (taille, poids, indice de masse corporelle, perte de poids récente)
3 Prendre en compte l'effet d'une maladie aigüe
4 Déterminer le facteur de risque général ou la catégorie de malnutrition
5 Avoir recours aux recommandations pour la prise en charge et/ou à la stratégie locale et élaborer un plan de soins adéquat

Conséquences de la malnutrition sur la santé

Les répercussions de la malnutrition sur la santé sont nombreuses et variées, et elles sont d’autant plus graves lorsque la malnutrition touche des femmes enceintes, des nourrissons et des jeunes enfants de moins de 2 ans :

  • La carence en fer provoque une anémie, des retards de croissance et de développement intellectuel, un affaiblissement du système immunitaire.
  • La carence en iode peut entraîner des lésions cérébrales irréversibles au cours de la vie fœtale responsables de retards mentaux chez l’enfant (le crétinisme). Le manque d’iode est également responsable de goitres (gonflements de la thyroïde) et d’autres troubles thyroïdiens.
  • La carence en vitamine A provoque la cécité, voire la mort de l’enfant.
  • Une naissance prématurée, des retards de croissance et de développement psychomoteur.
  • Un poids insuffisant par rapport à la taille (phénomène appelé l'émaciation).
  • Des déficits cognitifs, des handicaps intellectuels, une diminution du QI (quotient intellectuel).
  • Des infirmités.  
  • Une diminution des défenses immunitaires qui entraîne une augmentation de la sensibilité aux infections et une aggravation des infections. Les enfants souffrant de malnutrition sont ainsi particulièrement exposés à des formes graves de diarrhée, de rougeole, de pneumonie, de paludisme ou de SIDA.
  • Le décès est possible en cas de carences prolongées en nutriments chez les enfants de moins de 5 ans.
  • Les personnes souffrant de malnutrition ont un risque accru de développer à long terme certaines maladies chroniques : diabète, hypertension artérielle, maladies coronariennes, etc.

Malnutrition : quelle mobilisation ?

De nombreuses organisations gouvernementales et non gouvernementales se mobilisent à travers le monde contre la malnutrition. Leurs actions sont de plusieurs natures :

  • une prise en charge des personnes souffrant de malnutrition particulièrement les enfants : dépistage précoce des personnes souffrant de malnutrition, approvisionnement en laits infantiles, fourniture d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi ;
  • des actions de prévention pour limiter la survenue de la malnutrition et prévenir ses conséquences :
    • des campagnes de vaccination à grande échelle ;
    • des campagnes de promotion et de soutien de l’allaitement maternel ;
    • des consultations de suivi des femmes et des enfants ;
    • l'amélioration de la prise en charge des diarrhées par des solutés de réhydratation orale adaptés aux personnes dénutries ;
    • le traitement préventif contre le paludisme (moustiquaires imprégnées d’insecticide, amélioration des traitements anti-paludéens) ;
    • la fourniture de compléments nutritionnels enrichis en protéines ;
    • la fourniture de compléments en iode (sel iodé) et en vitamine A ;
    • l'administration de suppléments de fer chez les femmes enceintes et allaitantes ;
    • le soutien à la création de cantines scolaires ;
  • le soutien au développement économique des pays en voie de développement pour permettre : accès facilité à une alimentation suffisante et diversifiée, amélioration des systèmes d’assainissement, meilleur système de santé et une meilleure prise en charge de la population ; 
  • une amélioration du statut des femmes et des enfants dans certains pays ;
  • des travaux de recherche en agronomie et en agroalimentaire pour optimiser les cultures et mettre au point les aliments de demain en quantité suffisante pour subvenir aux besoins de la population mondiale. 

En pratique, les populations touchées par la malnutrition doivent être mobilisées dans le choix des actions menées contre la malnutrition pour qu’elles soient réellement efficaces. Toutes les actions sont complémentaires dans la lutte contre la malnutrition et la coopération entre toutes les organisations est fondamentale.