Sommaire

Une alimentation équilibrée liée à une activité physique régulière est le gage d'une bonne santé. Une équation qui peut être perturbée lorsque l'on présente une addiction au sucre. Voyons ensemble quel en est le principe, et quelles sont les meilleures solutions pour réussir son sevrage.

 

 

Principe de l'addiction au sucre

L'addiction au sucre est une dépendance aux aliments riches en sucres raffinés qui peut très vite mener vers l'obésité. Elle se définit par une accoutumance physiologique ou psychologique due à un désordre psychiatrique qui entraîne une perte de contrôle du comportement alimentaire.

L'addict au sucre vit un conflit interne permanent puisqu'il est sans cesse confronté à un désir d'abstention ou à un désir de réussite, et l'impossibilité d'y parvenir. L'exemple le plus connu est sans doute celui du fumeur en phase de sevrage tabagique et qui ne peut passer une journée sans fumer ou, après une période d'abstinence avérée, qui constate une rechute.

Le sucre consommé libère des morphines endogènes ou peptides opioïdes. Ainsi, il active certaines zones du cerveau, dont celles qui sont associées au plaisir et à la récompense.

Lorsque l'on prive de sucre un sujet fortement accro, il est susceptible de ressentir une sensation de manque car son organisme a peu à peu développé une forte dépendance aux produits sucrés. Le sujet a parfaitement mesuré les conséquences néfastes de sa pratique addictive, mais rien n'y fait. Il peut difficilement s'en sortir seul.

On ignore encore aujourd'hui si l'addiction au sucre est similaire à une addiction aux produits toxicologiques. Toujours est-il que le potentiel addictif du sucre est avéré, à différents degrés d'intensité selon les sujets.

Il est à noter que des études scientifiques menées sur des rats ont permis de constater que le sucre a, sur ces animaux, un pouvoir attractif plus important que la cocaïne. D'autres recherches sont nécessaires pour savoir exactement :

  • dans quelle mesure le sucre exerce son pouvoir attractif sur l'homme ;
  • si l'addiction au sucre est plutôt physiologique, plutôt psychologique, induite par une prédisposition génétique, ou due à une grande vulnérabilité d'origine neurobiologique.

Nombre de professionnels de l'alimentation sont persuadés que l'addiction au sucre touche principalement les personnes qui ne mangent pas de façon équilibrée et qui sautent souvent des repas. Les insomniaques et les personnes aux horaires décalés ont tendance à être plus accros au sucre que les personnes qui mangent et dorment à heures régulières la plupart du temps.

Enfin, certains nutritionnistes avancent que l'envie irrépressible de sucre est plus fréquente lorsque l'organisme manque de sucre, véritable carburant du cerveau.

Addiction au sucre : quelles solutions ?

L'addiction au sucre peut faire suite à un échec, à un état dépressif, à la perte d'un emploi, à une situation conflictuelle, à un deuil. Être addict au sucre se soigne. Il existe des solutions qui ont fait leur preuve, à savoir :

  • une alimentation équilibrée ;
  • une augmentation de sa portion de légumes à chaque repas ;
  • ne jamais sauter de repas ;
  • des heures de repas régulières ;
  • un sommeil de bonne qualité : la prise en charge d'une insomnie a généralement une incidence bénéfique sur l'addiction au sucre ;
  • trouver une autre source de plaisir que le sucre : ce peut être une activité sportive, une séance shopping, une sortie entre amis, une nouvelle relation amoureuse.

Avec les jeunes enfants, il est capital de ne pas utiliser les produits sucrés comme récompense systématique.En effet, le tout-petit peut très vite associer le sucre à la notion de réconfort et devenir addict aux produits riches en sucres. Il lui sera plus difficile, à l'âge adulte, de rompre avec cette dépendance. De même, les sodas ne doivent être consommés que de façon occasionnelle. Il est en revanche indispensable d'habituer les enfants à boire de l'eau plate et non sucrée.