Sommaire

Le céleri, comme le persil et le fenouil, est une plante ombellifère aux propriétés médicinales immenses. Il draine l'organisme et est un remède universel lorsque l'on souffre de rhumatismes.

Découvrons cette plante et ses bienfaits dans la suite de notre article.

Caractéristiques botaniques du céleri

Le céleri était déjà cultivé dans l'antiquité. De nom latin Apium graveolens, il s'écrit aussi cèleri :

  • On le nomme communément ache des marais, ache odorante, ache puante, persil des marais, persil odorant, persil puant, céleri d'Italie.
  • Il se cultive, mais il pousse aussi à l'état sauvage au bord des ruisseaux sur des terrains humides. Il atteint 90 à 100 cm de haut.
  • Toute la plante se mange comme légume et condiment : ses feuilles, sa racine tubérisée, et ses tiges. Il est à la fois tendre et croquant, et parfume agréablement les plats.

Il existe différentes variétés :

  • le céleri branche : céleri à côte ;
  • le céleri rave : céleri navet ;
  • le céleri à couper : le céleri chinois.

Le céleri est une herbacée bisannuelle de la famille des Apiacées :

  • Ses fleurs sont blanches et fleurissent d'août à octobre.
  • Ses feuilles sont vertes et tendres. Leur goût ressemble à la livèche.
  • La racine a une saveur un peu piquante. Elle se consomme crue ou cuite (et permet de très bons gratins).
  • Les graines parfument le poisson. Infusées dans l'eau de vie, elles donnent alors une liqueur.

Propriétés du céleri

Le céleri, autant que ses graines, est riche en :

  • Vitamines A, B, E, K et C.
  • Minéraux : fer, potassium, zinc, phosphore, soufre, cuivre, aluminium, manganèse, sélénium.
  • Huiles essentielles : limonène et sélinène dans les graines, et asparagine dans la racine. Ces huiles essentielles favorisent la dilatation des vaisseaux des reins, et donc de l'élimination des impuretés et le trop plein de liquide.
  • Flavonoïdes qui ont une action anti-inflammatoire et anti-oxydante, et renforcent le système immunitaire. Ils contribuent à soulager les problèmes articulaires.
  • Silice : elle intervient dans la formation des tissus articulaires et conjonctifs.
  • Nitrates : ils sont transformés en nitrites par des bactéries de la bouche, puis interfèrent dans la vasodilatation et la fluidification du sang. Ils augmentent alors l'apport de sang dans le cerveau.

Hidegarde de Bingen écrit : « Le céleri est de nature plus verte que sèche, et il contient beaucoup de suc. Cru, il ne convient pas à l'homme de le manger, parce qu'il fait naître en lui des humeurs mauvaises. Le céleri cuit ne fait pas de mal à l'homme, au contraire il suscite des humeurs saines dans son corps. ».

À noter que, de nos jours, le céleri branche est le légume non bio qui contient le plus de résidus de pesticides puisque 85 % des légumes évalués en contiennent (dont 3,4 % qui excèdent les limites maximales en résidus qui sont les seuils légaux européens ne devant pas être dépassés).

Utilisation des bienfaits du céleri

Le céleri est frais et très sain. Il est dépuratif, diurétique, carminatif, stomachique, tonique et stimulant. Sa forte teneur en minéraux et en huiles essentielles stimulent la circulation sanguine.

Manger du céleri frais ou réduit en poudre, le boire en infusion ou en jus, contribue à prévenir :

  • un taux trop élevé d'acide urique, ce qui agit sur les rhumatismes, l'arthrite et la goutte ;
  • un taux trop élevé de cholestérol ;
  • l'hypertension ;
  • les troubles menstruels ;
  • l'aphonie, l'extinction de voix ;
  • les troubles digestifs et la constipation ;
  • le stress par son effet calmant ;
  • une baisse de la libido : il est aphrodisiaque ;
  • le cancer : certains composés empêcheraient la prolifération de cellules cancéreuses.

Remède d'Hildegarde de Binguen contre les rhumatismes

La pharmacopée d'Hildegarde, célèbre naturopathe médiévale, écrivain et artiste musicienne, est déjà végétale. Elle écrit à propos du céleri : « Celui qui souffre de goutte au point que sa bouche se déforme et se contracte (Parkinson) et que ses membres tremblent et que tous ses autres membres se déforment (arthrite), pulvérisera la graine de céleri et y ajoutera un tiers de rue et de la noix de muscade en quantité inférieure à la poudre de rue, et moins de clous de girofle que la muscade, moins de saxifrage (feuilles) que de clous de girofle.

Il réduira tout cela en poudre (fine) et la mangera aussi bien à jeun qu'après les repas, et les rhumatismes l'abandonneront car c'est le meilleur remède contre la goutte. Pour celui qui souffre de goutte, le rhumatisme le quitte lorsqu'il mange cette poudre si bien qu'il ne ressent pas les graves effets ».

La recette d'Hildegarde est donc :

  • 60 g de poudre de graine de céleri ;
  • 20 g de poudre de rue ;
  • 15 g de poudre de noix de muscade ;
  • 10 g de poudre de girofle ;
  • 5 g de saxifrage.

Prenez une cuillère à café de ce mélange sur du pain avec de la confiture de coing, et mâchez bien ce mélange. Les coings et les graines de céleri diminuent le taux d'urée. Au bout d'une semaine, les douleurs diminuent.

Céleri : plante photosensibilisante

Si l'on reste trop longtemps en contact avec la plante de céleri, puis que l'on s'expose au soleil, cela peut entraîner des troubles cutanés que l'on rencontre surtout chez les producteurs.

Parfois, si l'on reste au soleil après avoir mangé du céleri, on peut être victime de brûlures. Cela dépend de l'intensité des radiations UV et de la quantité de céleri consommée.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider