Sommaire

À la fois plante d'ornement parée de jolies fleurs jaunes et légume-racine, l'héliantis ou hélianti mérite une place de choix dans les menus d'hiver. Sa douce saveur s'associe à toutes sortes de mets, salés ou sucrés.

Il possède un autre atout, et non des moindres puisqu'il apporte à notre organisme de nombreux bienfaits. Le point dans notre article.

Propriétés de l'héliantis

Ce sont les rhizomes de l'hélianti, Helianthus strumosus, que l'on consomme en tant que légumes. Ils sont très proches du topinambour. D'ailleurs, l'héliantis est lui aussi un légume oublié.

Dommage car, riche en propriétés nutritionnelles, il est bénéfique pour l'organisme. Il est donc vivement recommandé de consommer ce légume-racine très régulièrement au cours de l'hiver.

L'hélianti est riche en vitamine B1, ainsi qu'en minéraux et oligoéléments, notamment en fer et potassium.

Il est particulièrement utile pour :

  • stimuler le système immunitaire ;
  • limiter les crampes ;
  • équilibrer le transit intestinal ;
  • favoriser la résistance aux virus ;
  • lutter contre les infections hivernales ;
  • faciliter la digestion ;
  • retrouver de l'énergie ;
  • freiner la chute saisonnière des cheveux.

Héliantis : consommation

L'héliantis est un légume d'hiver, c'est-à-dire que son rhizome tubéreux peut être consommé entre le mois d'octobre et le mois d'avril. Sa saveur est d'une grande douceur.

Pour bénéficier de tous ses bienfaits, mieux vaut le consommer dès la récolte de ses rhizomes car ceux-ci ont tendance à ne pas se conserver longtemps. D'ailleurs, veillez à acheter sur le marché ou au rayon légumes des grandes surfaces des racines d'héliantis bien fraîches. Elles doivent être fermes et parfaitement lisses.

L'héliantis fait merveille avec le topinambour, le panais, le navet boule d'or ou encore le persil-racine, ces légumes d'hiver bourrés de nutriments bénéfiques à toute la famille. Avant de le cuisiner, il est nécessaire de l'éplucher.

L'héliantis peut être préparé de bien des façons, comme par exemple :

  • en potage ou velouté associé à d'autres légumes ;
  • en purée pour accompagner viande ou poisson ;
  • en gratin ;
  • en légume seul afin d'en apprécier la finesse de son goût qui - au même titre que le topinambour - rappelle celui de l'artichaut : dans ce cas, l'héliantis peut être émincé, râpé, coupé en cubes puis cuisiné de la même façon que la pomme de terre ;
  • cru en salade accompagné d'une vinaigrette à l'échalote ou aux fruits rouges ;
  • en omelette ;
  • en beignets, salés ou sucrés ;
  • en dessert : une fois cuit et réduit en compote, il s'accommode d'une crème fouettée.

Pour aller plus loin :

  • Pour déguster l'hélianti tout au long de l'hiver, réservez-lui un coin de votre potager.
  • Connaissez-vous les nombreux atouts du panais, un légume oublié ?
  • Le bien-être du corps passe bien plus par l'alimentation qu'on ne le croit. Tous nos conseils pour bien manger.

Ces pros peuvent vous aider