Sommaire

L'armillaire est un champignon commun, que l'on peut trouver lors de nos randonnées sylvestres ou pour, les amateurs de cueillette des champignons, quand ils explorent les sous-bois. On le trouve le plus souvent sur des souches, à la base des troncs d'arbres ou à même le sol. Il peut être consommé, mais faites attention à bien suivre les indications, car il peut aussi provoquer des intoxications.

Toutes les infos dans notre article.

Armillaire : qu'est-ce que c'est ?

Champignon lignicole, saprophyte et parasite

L'armillaire est un champignon lignicole (c'est-à-dire qu'il a le bois comme substrat, il vit dessus), saprophyte (champignon qui se nourrit de matière organique morte) et/ou parasite (organisme végétal ou animal qui se nourrit aux dépens d'un autre organisme hôte).

Il possède un port cespiteux (il pousse en touffe assez dense avec plusieurs pieds de champignon au même endroit) et un chapeau squamuleux, ce qui signifie qu'il est orné de petites écorchures sur la chair superficielle, les squamules.

Ennemi des arbres, mais utile

L'armillaire, en tant que parasite, fait des ravages : il s'attaque à toutes les espèces d'arbres, mais plus particulièrement aux résineux. Il touche également les arbres âgés et à l'état de santé fragile. Il peut arriver à en faire dépérir un totalement.

Malgré tout, ce champignon, avec son statut saprophyte, aide à la décomposition des matières mortes, tout comme les bactéries et autres organismes vivants. Sans eux, nous serions plongés sous des déchets végétaux, des brindilles, etc. À ce titre, l'armillaire est également considéré comme utile.

Armillaire : quelle toxicité ?

Dans tous les cas, il faut prendre des précautions avec tous les champignons :

  • Il ne faut pas se fier aux « on dit », mais plutôt aux caractéristiques botaniques du végétal.
  • Il faut éviter d'en consommer en grande quantité.
  • Il faut faire attention au manque de fraîcheur du champignon. En cas de doute, mieux vaut le jeter.
  • Le champignon n'est peut-être pas toxique, mais si son environnement est pollué, alors il peut le devenir après en avoir absorbé des éléments.
  • Enfin, bien entendu, certains champignons sont toxiques tout simplement par eux-mêmes.

L'armillaire est sujet à controverse, car il est tantôt réputé comme comestible, tantôt comme toxique ou indigeste. Certaines personnes le consomment sans problème, contrairement à d'autres.

Consommation de l'armillaire

L'armillaire couleur de miel (Armillaria mellea), le champignon le plus commun, l'armillaire bulbeuse (Armillaria gallica) et l'armillaire à pied clavé (Armillaria cepistipes) sont comestibles, mais avec certaines précautions :

  • Le champignon doit être mangé jeune, et donc en bouton (quand les lames sont encore cachées).
  • Il doit être bien identifié et être celui que l'on recherche sans aucun doute possible.
  • Il ne doit pas être récolté dans des endroits pollués.
  • Il doit être mangé de préférence le jour même de sa récolte. Il faut éviter tout problème de fraîcheur.
  • Il doit être bien cuit et il faut le blanchir. Il ne peut être consommé autrement (jetez l'eau de cuisson directement après l'avoir égoutté).

Récolte de l'armillaire

L'armillaire se trouve dans les bois et les forêts, dans les jardins publics, dans des pépinières ou sur du bois coupé (principalement l'épicéa) entreposé dehors trop longtemps dans l'humidité.

Il peut se développer sur n'importe quel arbre, sur des déchets végétaux ou au sol sur des brindilles, etc.

Pour en savoir plus :

  • Petits coléoptères se nourrissant du bois jeune situé sous l'écorce de certains arbres, les scolytes peuvent provoquer d'importants dégâts. Apprenez à lutter contre les scolytes.
  • La mérule, qui envahit et dévaste les maisons humides, appartient à la famille des champignons lignivores, qui se nourrissent du bois.
  • Cultiver des champignons chez soi, est-ce compliqué ? Pas du tout, surtout avec le kit à champignons.

Ces pros peuvent vous aider