Sommaire

Le sang qui devient trop acide signe la présence d'une acidose. Cette condition peut être très grave et le trouble qui l'a déclenchée rapidement traité.

Qu'est-ce que l'acidose, quels sont ses symptômes et ses causes ? Voyons ensemble ce qu'il faut savoir à ce sujet.

Acidose : trouble de l'équilibre acido-basique

Le pH est une valeur indiquant si une solution donnée est acide ou basique. Il varie de 0 à 14, les valeurs inférieures à 7 correspondant aux solutions acides, les valeurs supérieures à 7 aux solutions basiques. Une solution est dite neutre lorsque son pH est égal à 7.

En situation normale, le pH du sang est compris entre 7, 37 et 7, 43. Pour maintenir sa valeur constante, deux organes jouent un rôle essentiel :

  • les poumons : la respiration, en éliminant le dioxyde de carbone (CO2) permet d'abaisser le pH du sang ;
  • les reins, en éliminant les protons et en conservant les bicarbonates (des substances basiques), le font remonter si le sang est trop acide.

Ils contribuent ainsi au maintien de l'équilibre acido-basique de l'organisme. Mais, pour différentes raisons, cet équilibre peut être rompu.

On parle d'acidose lorsque le pH du sang diminue au dessous du seuil de 7,37.

Acidose métabolique : diagnostic

Causes de l'acidose métabolique

Les processus se déroulant au sein de notre organisme produisent en permanence des déchets qui apparaissent sous la forme d'acides.

Lorsqu'ils sont produits en quantité trop importante, le sang devient acide. On parle alors d'acidose métabolique. On distingue différents cas :

  • L'acidocétose, qui se produit :
    • chez des patients diabétiques, elle est alors liée à l'accumulation de composés particuliers, les corps cétoniques ;
    • en cas de jeun prolongé ;
    • en cas de consommation excessive d'alcool.
  • L'acidose lactique, provoquée par l'accumulation d'acide lactique dans le sang, résultant par exemple :
    • d'un état de choc ;
    • d'une intoxication au monoxyde de carbone ou à des médicaments comme les biguanides, qui régulent le taux de sucre dans le sang chez les patients diabétiques ;
    • d'une insuffisance hépatique.

D'autre part, l'acidose métabolique peut également être liée à une intoxication. Différentes substances sont alors incriminées :

  • l'acide acétylsalicylique (l'aspirine) ;
  • l'éthylène glycol qui est utilisé comme antigel ;
  • le méthanol...

Elle peut enfin être liée à un dysfonctionnement des reins : ils n'assurent plus de manière efficace l'élimination des acides ou éliminent les bicarbonates de façon trop importante.

Ces derniers peuvent également être évacués en excès au niveau de l'intestin, lors de diarrhées sévères ou d'abus de laxatifs.

Acidose métabolique : symptômes et traitements

Un patient souffrant d'une acidose métabolique présente les symptômes suivants :

  • une difficulté respiratoire (appelée la "dyspnée de Kussmaul") ;
  • des troubles neuropsychiques (confusion, voire coma...) ;
  • un collapsus cardiovasculaire (brusque chute de la tension, tachychardie, cyanose...).

Le traitement repose en premier lieu sur celui de la cause. Mais le symptôme en lui-même peut être pris en charge par l'administration de bicarbonates (cette option est cependant controversée) :

  • par voie intraveineuse dans les cas les plus sérieux ;
  • ou par voie orale, sous la forme d'eau de vichy ou de gélules de bicarbonate par exemple.

En cas d'acidose d'origine toxique, d'un mauvais fonctionnement rénal ou d'un excès de potassium, il est également nécessaire de recourir à une dialyse, pour épurer le sang.

Acidose respiratoire : causes et symptômes

Une acidose respiratoire est liée à un excès de dioxyde de carbone dans le sang, consécutif à une mauvaise élimination par les poumons.

Elle peut être provoquée par :

  • des maladies neurologiques comme le syndrome de Guillain Barré ou la myasthénie ;
  • des affections respiratoires : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l'asthme...
  • une intoxication à certaines substances (morphiniques, barbituriques...)

L'acidose respiratoire se traduit par :

  • des difficultés respiratoires, avec une respiration rapide et superficielle ;
  • des maux de tête ;
  • une hypertension artérielle ;
  • des sueurs...

Le traitement consiste à aider le patient à mieux respirer et nécessite parfois le recours à une ventilation assistée par intubation au niveau de la trachée dans les cas les plus sérieux.

Pour aller plus loin :