Sommaire

Son nom ne vous est peut être pas très familier, mais vous connaissez surement la carambole. Ce fruit jaune est très utilisé coupé en tranches en forme d'étoile pour décorer nos plats. Son goût sucré et acidulé ne déplaît pas aux consommateurs, mais la présence d'une neurotoxine en fait un fruit à consommer avec modération !

Faisons davantage connaissance avec le fruit du carambolier.

Carambole : de quoi s'agit-il ?

La carambole pousse sur le carambolier, Averrhoa carambola, un arbre de la famille des Oxalidacées.

Le carambolier pousse en région tropicale et il est originaire d'Asie. Chez nous, il peut se cultiver en intérieur, car il n'est pas rustique.

Il peut atteindre 5 à 10 mètres de haut. Ses feuilles sont alternes, composées de 9 à 11 folioles pointues. Le carambolier fleurit et fructifie sans discontinuer toute l'année, mais il existe deux principales périodes de production. Les fleurs sont de petite taille, à 5 pétales, de couleur rouge ou rose, disposées en grappes.

Le fruit du carambolier, la carambole, possède une peau jaune d'aspect cireux, et une forme très surprenante. La section de la carambole est une belle étoile à 5 branches, qui a inspiré son nom dans plusieurs pays, comme l'Angleterre ou le Japon, où son nom signifie littéralement  « le fruit en forme d'étoile ».

Suggestions de dégustations de la carambole

La carambole se consomme dans son intégrité. Il n'est pas nécessaire de retirer la peau, et c'est un point positif compte tenu de la forme complexe du fruit qui le rendrait très pénible à éplucher ! Il est cependant important de bien nettoyer le fruit jusque dans ses recoins.

Le fruit doit être bien mûr, et donc bien jaune, voire avec des traces de marron, pour être consommé. Son goût à la fois sucré et acidulé, et sa forme, peuvent varier légèrement d'une variété à l'autre.

La carambole est surtout très appréciée comme décoration comestible de divers plats et desserts. On la consomme également en jus, en confiture, dans des sauces, ou encore en salade de fruit avec des oranges, des mangues, de l'ananas et des bananes.

Carambole : un fruit toxique, à consommer avec modération

Si le fruit du carambolier est comestible, il n'en n'est pas moins toxique à partir d'une certaine quantité. La carambole contient une neurotoxine qui n'est pas filtrée par les reins chez les personnes qui souffrent d'insuffisance rénale.

La neurotoxine semble être filtrée correctement chez les patients sains mais il est tout de même conseillé de consommer la carambole en petite quantité, c'est à dire un fruit tout les 2-2jours. Pas d'inquiétude si vous consommez une de ces belles étoiles à cinq branches qui s'est glissée dans la décoration du plat, vous ne risquez absolument rien !

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider