Pas faim le matin : faut-il se forcer à manger ?

Sommaire

Un réveil qui sonne tôt, un temps limité pour se préparer, le stress de la journée qui s'annonce... voilà de quoi couper l'appétit !

Et pourtant, les messages santé sont clairs. Le petit déjeuner serait LE repas le plus important de la journée. Alors, peut-on s'en passer ou faut-il mettre de côté ses sensations et se contraindre à manger ? Quelques éclairages pour trouver le bon compromis !

Alimentation : être à l'écoute de son corps

Pour équilibrer ses apports alimentaires quotidiens, un élément capital est d'être attentif aux indices émis par son corps. Manger lorsqu'on ressent la faim et s'arrêter lorsqu'on arrive à satiété.

Identifier la sensation de faim

La faim est un message envoyé par notre organisme pour signaler son besoin d'énergie. Elle se traduit par différentes manifestations, sensation de « creux » dans le ventre, crampes d'estomac, gargouillements, fatigue, difficulté à se concentrer, irritabilité, impatience, etc.

Elle se distingue d'une simple envie de manger.

Pas faim ? On ne mange pas !

Si cette sensation de faim n'apparaît pas au lever :

  • Il convient donc de respecter son corps et de ne pas lui apporter la nourriture dont il n'a pas besoin dans l'immédiat.
  • On attend donc que la sensation se manifeste pour prendre son petit déjeuner.

Petit déjeuner, est-ce important ?

Commencer la journée du bon pied

Le petit déjeuner est un repas à part entière à ne pas négliger. Il permet :

  • d'apporter l'énergie nécessaire pour accomplir les tâches au programme de la matinée, favorisant les processus de concentration et de mémorisation ;
  • de réduire la sensation de faim pendant le reste de la journée ;
  • de limiter le grignotage.

Un repas qui a un impact sur la santé

Une étude scientifique américaine, menée exclusivement chez des hommes, a montré que les sujets qui sautent le petit déjeuner ont un risque accru de 27 % de développer une maladie cardiaque :

  • Des études antérieures ont permis de faire le lien entre la prise de ce repas et un risque plus limité d'obésité, d'hypertension, de diabète et d'hypercholestérolémie.
  • Une des raisons évoquées pour expliquer ces résultats est la meilleure répartition de la prise alimentaire sur la journée.
  • Cette meilleure répartition évite les afflux importants de sucres dans le sang, facteur de mauvaise santé des vaisseaux sanguins.

Composition d'un petit déjeuner idéal

Les nutritionnistes conseillent de composer ce repas :

  • d'un laitage, lait, yaourt, fromage blanc, fromage, de vaches, brebis, chèvre, selon votre goût ;
  • d'un produit céréalier, pain, biscottes, flocons : les céréales industrielles sont à éviter, car elles sont très riches en sucre ;
  • d'un fruit ou un jus de fruit, notamment pour leur apport en vitamine C ;
  • de la boisson de votre choix pour hydrater le corps, thé, café, etc.

Petit- déjeuner : s'organiser pour ne pas le sauter

Il suffit parfois de quelques adaptations dans ses habitudes de vie pour mieux structurer sa prise alimentaire. Ainsi, pour allier appétit et petit déjeuner, on peut :

  • éviter de se mettre à table dès le réveil : le petit déjeuner peut représenter la dernière étape des préparatifs matinaux, après la douche et l'habillage ;
  • prendre le repas du soir plus tôt, et/ou diminuer ses apports caloriques ;
  • varier ses menus et se faire plaisir avec des aliments que l'on aime ;
  • se contenter d'une boisson, chaude ou fraîche, pour hydrater son corps, et emporter des aliments faciles à consommer sur son lieu de travail (fruits frais ou secs, yaourt ou compote, morceau de pain ou galettes de céréales...).

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider