Lieu noir : lequel acheter et quelles qualités nutritionnelles ?

Sommaire

Le lieu noir également appelé merluche noir, églefin noir ou colin noir, peut être consommé toute l'année.

De plus, pour la planète, du point de vue des pratiques de pêche, il est préférable de consommer du lieu noir au cabillaud. Laissez-vous séduire par ce poisson aux multiples bienfaits !

Comment choisir un lieu noir ?

La période idéale pour acheter du lieu noir frais, originaire de France, est en mars-avril. Il est alors pêché au large de la plage d'Étretat, en Normandie.

Lieu noir entier

Pour un poisson entier, il faut le choisir :

  • d'au moins 60 cm ;
  • d'un poids idéal de 2,3 kg éviscéré.

En filet

Le lieu noir est souvent vendu en filet :

  • Sa chair est alors grise et sans arrête.
  • Son prix est attractif : 15,50 € le kilo.
  • Il peut être surgelé et en provenance d'autres mers.

Quels bienfaits santé attendre du lieu noir ?

Qualités nutritionnelles du lieu noir

Les caractéristiques du lieu noir sont :

  • Il est maigre, donc idéal dans le cadre d'un régime. Il présente ainsi moins de 2 % de matières grasses.
  • Il est riche en oméga-3 (graisses bénéfiques pour le système cardiovasculaire).
  • Il contient des vitamines A, B et D.
  • Il est source de sélénium (prévient de nombreux cancers) et de phosphore (bon pour la mémoire).

Le lieu noir est un poisson qui n'a pas beaucoup de goût :

  • Il est donc plus facilement apprécié par les enfants.
  • Il peut être accommodé de nombreuses façons.

Toutefois, dans le cadre d'un régime, préférez-le poché :

  • Plongez-le dans un bouillon d'eau froide puis laissez-le mijoter dans une eau frémissante.
  • Vous vous offrez ainsi une cuisson savoureuse sans matières grasses ajoutées.

Lieu noir : à consommer avec modération

Attention toutefois, le lieu noir est un prédateur, adulte (à l'âge où il est vendu), il avale des poissons entiers :

  • il peut donc contenir certaines substances, comme du mercure, provenant de ses proies ;
  • le poisson est bon pour la santé mais doit être consommé avec modération. D'ailleurs, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) recommande une consommation maximale de deux poissons par semaine, dont un gras (saumons, sardines, maquereaux, harengs…).

Envie d'en savoir plus ? Nos contenus supplémentaires sont susceptibles de vous intéresser :

Ces pros peuvent vous aider