Huile de palme : faut-il vraiment s’en méfier ?

Sommaire

L'huile de palme est au cœur de bien des débats, accusée d'avoir des effets négatifs sur la santé mais également sur l'environnement. Qu'en est-il réellement ?

Huile de palme : quelques chiffres

L'huile de palme est extraite de la pulpe du fruit du palmier. Cet arbre, le palmier à huile, est majoritairement cultivé :

  • en Indonésie ;
  • en Malaisie.

À eux deux, ces pays assurent près de 90 % de la production mondiale :

  • Cette huile végétale est la plus consommée au monde car elle entre dans la composition de l'alimentation industrielle de façon presque systématique.
  • Sa production a augmenté de façon exponentielle depuis 1980.
  • Les données suivantes, collectées par l'Institut de recherche clinique, le prouvent :
    • 7,6 millions de tonnes d'huile de palme étaient produits en 1981.
    • Près de 53 millions de tonnes en 2012.

Cette production est d'autant plus aisée que le rendement du palmier à huile est extrêmement important. Il produit 6 tonnes d'huile par hectare et par an, soit près de 5 fois plus que le colza. Ainsi, l'huile de palme coûte bien moins cher que les autres huiles.

Composition de l'huile de palme

L'huile de palme contient à parts à peu près égales :

  • Des acides palmitiques qui sont des acides gras saturés (accusés de faire augmenter le taux de LDL, le « mauvais » cholestérol) : 51 %.
  • Des acides gras insaturés, les oméga-3 et les oméga-6 (augmentant le taux de HDL, le « bon » cholestérol) : 49 %

Avant d'être fractionnée pour être introduite dans les produits de consommation courante, l'huile vierge contient :

  • de la vitamine E ;
  • de la provitamine A, c'est-à-dire du bêtacarotène dans des proportions très élevées par rapport à certains légumes comme la carotte.

Huile de palme et santé

Riche en acides gras saturés, l'huile de palme est accusée de faire augmenter le taux de LDL (mauvais cholestérol) et d'être responsable de maladies cardiovasculaires. Or des études sérieuses ont permis de conclure que :

  • l'huile de palme ayant une teneur en acides gras saturés et insaturées quasiment à l'équilibre, son impact sur la santé cardiovasculaire est neutre ;
  • sa composition est considérée comme quasiment parfaite par nombre de professionnels de la nutrition et de l'endocrinologie ;
  • contrairement aux graisses animales, l'huile de palme ne contient pas de cholestérol ;
  • lorsque l'huile de palme est consommée modérément, elle ne pose aucun problème particulier pour la santé, dans le cadre d'une alimentation équilibrée : l'effet hypercholestérolémiant de l'acide palmitique contenu dans cette huile végétale peut toutefois être constaté chez les populations présentant des carences en oméga-3 (acide alphalinoléique).

Cette huile végétale est principalement utilisée dans nombre de préparations industrielles pour les raisons suivantes :

  • L'huile de palme présente une bonne tenue à température ambiante.
  • L'huile de palme ne contient pas d'AGT (acides gras trans) contrairement aux huiles hydrogénées comme les margarines. Rappelons que ces acides gras trans sont très dangereux pour l'organisme puisqu'ils multiplient les risques de :
    • cancer du sein ;
    • maladies cardiovasculaires.

Environnement : impact de l'huile de palme

Sur le plan environnemental, la culture du palmier à huile pourrait s'avérer problématique pour les raisons suivantes :

  • L'huile de palme est une huile végétale à coût minime. C'est la raison pour laquelle elle est majoritairement utilisée dans les produits alimentaires.
  • L'huile de palme est aussi utilisée en cosmétologie.
  • Produite en trop grande quantité, elle implique une déforestation outrancière. Si aucune mesure n'est prise, les forêts tropicales indonésienne et malaisienne auront disparu à plus de 95 % d'ici 2030. Déjà à l'heure actuelle, la culture en grande quantité du palmier à huile entraîne :
    • des inconvénients majeurs sur les populations locales notamment au niveau des habitations et du droit foncier ;
    • la perturbation de nombreuses espèces animales comme par exemple l'orang-outan dont l'habitat est menacé ;
    • le déséquilibre de la biodiversité des écosystèmes ;
    • une modification, voire une dégradation, de la qualité des sols.

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider