Vrai-faux thé rouge : le thé rooibos

Sommaire

Le rooibos, Aspalanthus linearis, de la famille des Fabaceae (et cousin de l'acacia), est un arbuste qui se développe exclusivement en Afrique du sud. Il est parfaitement adapté à ce milieu où les pluies sont abondantes en hiver et le temps chaud (40 °C) et sec le reste de l'année. Ainsi, toutes les tentatives de mise en culture dans d'autres régions ont échoué.

Infusé, il ressemble à s'y méprendre au thé rouge. Bénéfiques en bien des points pour l'organisme, les feuilles de ce petit arbuste permettent de préparer des infusions délicieuses, mais aussi des lotions thérapeutiques pour applications locales. Le point dans notre astuce !

Feuilles, branches, tiges : tout est bon dans le rooibos !

Tout d'abord exploité à l'état sauvage dans la zone montagneuse de la région de Cederberg, ce petit arbuste ne dépasse guère 150 cm de hauteur. Bien qu'on estime que la consommation traditionnelle de thé de rooibos remonte à au moins trois siècles, les autochtones n'ont commencé à le cultiver qu'en 1930. Ce n'est qu'au milieu des années 1990 (avec la fin de l'apartheid en 1993) qu'il a commencé à faire son apparition dans les pays occidentaux. Aujourd'hui, plus de la moitié du rooibos sud-africain part à l'export.

Tout est utilisable dans le rooibos : ses branches, ses tiges, ses feuilles. Après récolte, tiges et branches sont traitées séparément des feuilles pour être :

  • broyées ;
  • séchées à l'air libre ;
  • puis humidifiées, ce qui donne lieu à une oxydation à l'origine de la couleur rouge du rooibos que l'on consomme.

Quant aux feuilles, elles sont :

  • séparées des tiges et branches ;
  • séchées à l'air libre ;
  • soigneusement tamisées ;
  • étuvées par vaporisation ;
  • et enfin emballées pour être commercialisées et consommées en infusion.

Rooibos : quelles vertus ?

Si le rooibos est consommé en infusion depuis si longtemps, c'est qu'il est :

  • riche en polyphénols (dont la quercétine et la lutéoline qui aident à prévenir les cancers du côlon et du pancréas), des substances anti-oxydantes (c'est par ailleurs le seul végétal au monde à contenir de l'aspalathine) ;
  • pauvre en tanins(et de ce fait moins amer que le thé par exemple), qui altèrent l'assimilation des nutriments contenus dans l'alimentation ;
  • totalement dépourvu de caféine (on peut donc en boire sans modération).

Rooibos par voie interne

Par voie interne, l'infusion de rooibos :

  • soulage les troubles du sommeil ;
  • atténue certaines manifestations liées à l'asthme ;
  • soulage les troubles digestifs, notamment les diarrhées et coliques du nourrisson, mais aussi les crampes et aigreurs d'estomac ;
  • réduit le stress oxydatif (il ralentit le vieillissement cellulaire) ;
  • favorise la diminution de la tension artérielle.

Des études menées en laboratoire sur des souris.ont également permis de constater que le rooibos avait des effets bénéfiques sur la santé :

  • des poumons ;
  • du pancréas ;
  • du foie (il facilite le métabolisme des médicaments et des autres molécules de synthèse ainsi que leur élimination par les voies naturelles) ;
  • des yeux.

Consommé régulièrement il est aussi anticancéreux puisqu'il permet de prévenir les mutations de l’ADN et les malformations cellulaires induites par des agents cancérigènes (produits chimiques ou rayons X, entre autres).

Rooibos par voie externe

Par voie externe, en raison de sa forte teneur en zinc, cette infusion de vrai-faux thé rouge utilisée en lotion permet de traiter :

  • les érythèmes, irritation de la peau très fréquents chez les bébés ;
  • certaines formes d'eczéma ;
  • diverses dermatites ;
  • certaines allergies cutanées.

En plus de tous ces bienfaits, le thé rooibos est aussi très apprécié pour son goût sucré et très parfumé (légèrement vanillé).

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider