Sélénium : toutes les vertus de cet oligo-élément

Sommaire

Le sélénium, oligo-élément découvert en 1817, a longtemps été considéré comme une substance toxique à éviter. Toutefois, des études réalisées dans les années 1950 ont fait apparaître son importance cruciale pour l'organisme humain.

Quels sont les effets du sélénium sur la santé et où le trouver ? Le point maintenant.

 

 

Histoire du sélénium

Le sélénium a été découvert en 1817 par le chimiste suédois Berzelius :

  • C'est à partir des années 1950 que les premières études menées sur des animaux ont permis de démontrer l'importance cruciale de l'action conjointe du sélénium et de la vitamine E sur l'organisme.
  • En effet, ces deux substances sont de puissants antioxydants.

Rôle du sélénium sur l'organisme

Comme la plupart des oligo-éléments, le sélénium est indispensable à l’organisme. Il joue un rôle clef sur :

  • Le plan intercellulaire : en effet, il a un effet antioxydant, car il permet à l'organisme de produire une enzyme, la glutathion-peroxydase. Couplée à la vitamine E, cette enzyme protège les membranes cellulaires contre l'oxydation provoquée par les radicaux libres. Ces derniers, lorsqu'ils sont présents en trop grande quantité dans le corps entraînent un vieillissement précoce des cellules. Ils contribuent également à l'apparition de cancers et de maladies cardio-vasculaires.
  • Le fonctionnement du système immunitaire.
  • Le fonctionnement de la glande thyroïde.

Comment mesurer le taux de sélénium dans l'organisme ?

Le sélénium peut être mesuré grâce à plusieurs prélèvements :

  • cheveux ;
  • sang ;
  • ongles, qui permettraient de mener aux analyses les plus fiables pour évaluer l'apport de sélénium sur le long terme.

Sélénium et alimentation

Sélénium : dans quels éléments ?

Le sélénium est présent en très petites quantités dans les aliments. On ne le trouve dans :

  • les poissons : thon, flétan, morue, plie, espadon, saumon, sébaste, hareng ;
  • les viandes : volailles, foie ;
  • les fruits de mer : palourdes, huîtres ;
  • les noix du Brésil déshydratées ;
  • les céréales complètes.

De quel taux de sélénium l'organisme a-t-il besoin ?

Les apports quotidiens en sélénium conseillés se situent autour de :

  • 55 microgrammes pour un adulte normal ;
  • 70 microgrammes pour :
    • les femmes enceintes ou allaitantes ;
    • les personnes âgées.

Présence de sélénium dans la nature

Les terres sélénifères sont nées d'anciennes éruptions volcaniques, lessivées par des mers intérieures aujourd'hui disparues. Dans la nature, le sélénium est combiné à d'autres métaux et prend alors des noms différents :

  • sélénium métallique ;
  • séléniure de cuivre ;
  • soufre, etc.

Les carences de la terre en sélénium proviennent de plusieurs facteurs :

  • pauvreté de la roche en sélénium ;
  • rétention du sélénium par l'argile, les hydroxydes de fer ou l'aluminium ;
  • pollution des sols ;
  • pluviosité élevée dans certaines régions.

Parmi les pays dont les sols présentent des carences en sélénium, on trouve :

  • la Finlande ;
  • la Nouvelle-Zélande ;
  • certaines régions de la Chine ;
  • dans une moindre mesure, le Royaume-Uni et l'Europe en général.

Carences en sélénium chez l'humain

Les carences en sélénium chez les individus ont trois causes principales :

  • Les aliments consommés proviennent de sols pauvres en sélénium.
  • La personne est sous alimentation parentérale (au moyen d'une perfusion) non enrichie en sélénium pendant des périodes prolongées.
  • La personne souffre de maladies intestinales graves, telles que la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.

Effet du sélénium sur la santé

Sélénium et réduction des effets du cancer

En 1996, une étude a été menée sur 1 312 sujets atteints de différents cancers :

  • Un placebo a été administré à une partie d'entre eux.
  • L'autre partie a pris 200 microgrammes de sélénium par jour pendant 6 ans.
  • Les résultats furent spectaculaires, montrant une réduction moyenne de 50 % de l'incidence du cancer sur les sujets ayant pris du sélénium, en particulier sur :
    • le cancer de la prostate (moins 63 %) ;
    • le cancer colorectal (moins 58%) ;
    • le cancer du poumon (moins 48%).

Limites de cette étude

Ces études n'ont cependant pas été menées sur des échantillons statistiquement fiables. De plus :

  • D'autres études ont mis en évidence que des patients ayant pris 400 microgrammes de sélénium pendant de nombreuses années tous les jours n'ont pas du tout vu les effets du cancer s’estomper.
  • Il a par ailleurs été montré que le dosage du sélénium ingéré était très important. Ainsi, un dosage trop élevé annulerait ses effets bénéfiques, voire aurait une incidence négative, notamment sur le diabète de type 2.

Néanmoins, il semble que, consommé par des populations dont l'apport moyen en sélénium est faible, il pourrait permettre de prévenir le cancer du poumon. De même, les patients qui présentent un carcinome hépatocellulaire (cancer du foie) ont un taux de sélénium bas. D'une façon générale, chez les patients ayant les niveaux de sélénium les plus bas, le risque de développer un cancer hépatique est multiplié par cinq.

Sélénium et SIDA

Le sélénium a été testé sur 174 sujets atteints du SIDA en Floride pendant 9 mois :

  • La maladie a progressé moins rapidement chez les patients ayant reçu 200 microgrammes de sélénium journaliers que chez ceux ayant reçu un placebo.
  • Le sélénium pourrait donc être un traitement accessible et peu coûteux, à associer (et non à substituer !) au traitement médical normalement utilisé pour le SIDA.

Autres bienfaits du sélénium

Le sélénium aurait également une incidence sur :

  • le bon fonctionnement de la thyroïde ;
  • l'élimination des métaux lourds du corps ;
  • l'eczéma ;
  • les troubles hépatiques ;
  • les rhumatismes.

Précautions d'utilisation

Le sélénium peut être toxique au-delà d'une certaine dose journalière. Au-delà de 200 microgrammes par jour, on peut observer des symptômes d'intoxication :

  • dermatite (altération significative de la peau, pouvant notamment se traduire par des plaques rouges) ;
  • perte de poils, d'ongles ou encore de dents ;
  • accès de léthargie ;
  • paralysie progressive.

Ainsi, mieux vaut éviter de consommer une dose journalière de sélénium supérieure à 200 microgrammes. Si, pour une raison ou autre, vous vouliez dépasser cette dose, demandez l'avis d'un spécialiste.

Pour approfondir la question :

  • Le sélénium aurait également une action bénéfique sur les personnes souffrant de problèmes de thyroïde.
  • Malgré tous nos efforts, notre alimentation est souvent carencée, notamment en minéraux et oligo-éléments. Les compléments alimentaires permettent de réduire ces carences et d'être en pleine santé.
  • Pour optimiser les effets des compléments alimentaires, il convient d'abord de bien les choisir.

Ces pros peuvent vous aider